MOUJAHIDATE* 

femmes * résistance, alliance queer

Conception visuelle : Tewa Barnosa

:: Pour le texte en anglais, veuillez modifier le paramètre de langue du site Web ou cliquez ici. ::

femmes*, résistance, alliance queer

Commémorant le 60e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie vis-à-vis de la France, "Moudjahidate* - femmes*, résistance, alliance queer" honore l'engagement des femmes combattantes* dans la lutte pour la liberté et l'autonomie de leur peuple et d'elles-mêmes. L'exposition crée un espace pour toutes les femmes * qui ont contribué à la libération du pays avec leur corps, leur esprit et leur force.

de Nadja Makhlouf - De l'invisible au visible

Pendant la colonisation française, Frantz Fanon écrivit dans Algérie dévoilée (1965) sur la France tentant de maintenir sa domination coloniale par les femmes algériennes* : « Si nous voulons détruire le tissu de la société algérienne, sa capacité de résistance, nous devons d'abord conquérir les femmes ; il faut les retrouver derrière le voile sous lequel ils se cachent et dans les maisons où les hommes les tiennent à l'abri des regards.' ». La célèbre propagande "Tu n'es pas jolie, montre-toi" dépeint clairement le régime patriarcal sur les femmes musulmanes algériennes*.

Depuis la nuit des temps, les corps de femmes sont un territoire à part entière, s'efforçant de se décoloniser, de briser le silence muré qui les entoure et d'être au centre de la scène. Votre esprit cherche à habiter un corps autodéterminé, habillé selon ses propres règles, incarnant et honorant les femmes* aux origines du monde pour ce qu'elles sont.  

Présenté le 1er novembre, le jour où la guerre d'indépendance algérienne a commencé il y a 68 ans « Moudjahidate* – femmes*, résistance, alliance queer » Œuvres de trois artistes d'origine algérienne, dont les œuvres portent sur les expériences des femmes* dans l'Algérie (d'après-)guerre : Nadia MakhloufSarah El Hamed ainsi que  Maya Ines Touam.

de Sarah El Hamed – Au Nom du Peuple (Au nom du peuple)

Direction artistique : Louna Sbou
Équipe curatoriale : Dami Choi, Rebecca Odewole
Co-commissariat : Nadja Makhlouf
Conception du projet : Tewa Barnosa
Communication : Tariq Bajwa, Gisèle Moro, Nicola Reißer

Artistes

_Nadja Makhlouf (co-commissaire)

Invisible to Visible, diptyques photographiques, tirage sur papier, 60×40 cm, 2011 – 2014.

Nadia Makhlouf est un photographe et cinéaste franco-algérien. Son travail aborde spécifiquement les questions clés entourant le rôle de la mémoire, de l'histoire et du changement social par rapport à la place des femmes* dans la société algérienne.

Dans son travail photographique, Nadja Mahklouf s'attache à retracer le parcours de quinze Moudjahidate* qui ont été activement impliqués dans divers aspects du mouvement indépendantiste, notamment la logistique, les luttes armées, les soins infirmiers et le leadership politique. Dans ses diptyques photographiques, Nadja donne vie au passé et au présent dans un même cadre en juxtaposant une série de portraits en noir et blanc de combattants. Les corps calmes contrastant avec les regards tendus montrent la détermination des femmes* qui ont lutté contre le colonialisme français avec une vision claire d'un avenir meilleur.

Instagram, Site

_Sarah El Hamed

Au Nom du Peuple, projection vidéo, 10 min, Alger, 5 juillet 2019
Au Nom du Peuple, drapeau algérien, 6 x 3 m, Paris, juin 2019

Sarah El Hamed est un artiste performeur, metteur en scène et conteur multimédia franco-algérien dont le travail porte sur la mémoire et la participation. Ceci est véhiculé à travers diverses formes de médias tels que le spectacle vivant et l'intervention publique.

L'installation multimédia, composée d'une œuvre vidéo et d'un drapeau algérien de 6×3 mètres, est un hommage au Moudjahidate* et au peuple algérien. L'intervention publique "Au Nom du Peuple" (2019) a eu lieu le 5 juillet 2019 lors des marches dans les rues d'Alger. El-Hamed a invité ses proches à participer à la « couture collective » d'un drapeau algérien, un objet qui incarne l'esprit anticolonial du peuple algérien, tout en s'engageant avec eux sur le passé et l'avenir de leur pays. L'intervention représente le rôle des femmes* dans la mobilisation des gens pour la résistance, tout en questionnant l'(in)visibilité des femmes algériennes* et en revendiquant leur place dans la société.

Instagram, Site

_Maya Inès Touam

Revealing the Fabric, projection d'images et textes multicanaux, 2014-2018

Maya Ines Touam mène des recherches anthropologiques et oniriques à l'aide de divers médias tels que photographies, dessins, sculptures et objets personnels ou symboliques. Elle a étendu ses recherches à la diaspora du continent africain, adoptant une perspective postcoloniale sur l'immigration.

« Révéler le tissu » présente trois photographies de femmes* à Haïk (Hayek), accompagnées d'un recueil de textes d'entretiens avec ces femmes*. Le Haïk est un voile en tissu traditionnel de la région du Maghreb et le symbole du patrimoine immatériel algérien. Lors de la « Bataille d'Alger » (1956 à fin 1957), le Haïk a joué un rôle clé en permettant aux femmes* de se soustraire au regard des colonisateurs. Sous le Haïk, ils pouvaient transporter des armes, des lettres et des médicaments sans se faire remarquer. Le Haïk incarne la résistance des femmes algériennes* contre le colonialisme français. 

Instagram, Site 

Le programme discursif Maghreb* pareil se déroule du 1er au 6 novembre 2022 à Oyoun et célèbre la libération algérienne et maghrébine en mettant en lumière l'histoire et l'avenir de la féminité et des perspectives queer*féministes dans la région du Maghreb.

Le programme discursif accompagne l'exposition "Moudjahidate* - femmes*, résistance, alliance queer" avec une série d'événements explorant comment l'impérialisme, le colonialisme et l'oppression latérale continuent de fonctionner aujourd'hui et réfléchissant à la manière dont nous construisons des amitiés et prenons soin de chacun. autre.

Il y aura des visites d'expositions, des conférences d'artistes, un atelier de danse waacking, des performances, des concerts, une after party et un brunch communautaire. 

Le programme vise à renforcer la solidarité transnationale et à créer un espace d'échange et d'autonomisation de la diaspora en se rencontrant de manière organique - sur des tapis, en buvant du thé ou en fumant ensemble.

Avec : Habibitch, Badiaa Bouhrizi, Kenza Mala Badi, Leila Moon, Aïda Salander, Out of Time Embassy, ​​Liaam Iman, Louna Sbou ainsi que les artistes exposantes Nadja Makhlouf, Maya Inès Touam et Sarah El Hamed.

dates + programmation

mardi 1 novembre

18:00   Avant-première avec Nadja Makhlouf, Maya Inès Touam et Sarah El Hamed
19h30 Conférence d'artiste suivie d'une séance de questions-réponses

Mercredi, 2. novembre

18:00 Visite de l'exposition avec des artistes femmes
19:30   Atelier de danse Waacking par Habbitch

Jeudi, 3. novembre 

18h00 Visite de l'exposition avec les artistes
19h00 Conversation Démystifier la féminité – réalités en Afrique du Nord (post)colonisée avec Kenza Mala Badi, Louna Sbou, Badiaa Bouhrizi, Nadja Makhlouf, Sarah El Hamed, Maya Inès Touam 
21h00 concert à partir de Badia Bouhrizi

Vendredi, 4. novembre

18:00 Visite de l'exposition avec des artistes femmes
21:30   Sonic Intervention feat. Liam Iman

Samedi, 5. novembre

18h00 Visite de l'exposition avec les artistes
20h30 Spectacle "Guerre aux corps" de Kenza Mala Badi
21h30 - 03h00 Après la fête avec Leila Moon + Aïda Salander

dimanche 6 novembre

10h00 - 15h00 Brunch communautaire et se retrouver

Biographies

_Habbitch est une artiste non binaire, danseuse de voguing et de waacking aux racines franco-algériennes. En tant que militante décoloniale féministe queer, elle transforme les pistes de danse en espaces politiques. 

_Badia Bouhrizi est un auteur-compositeur-interprète et compositeur tunisien. Avec son talent musical, elle milite pour la justice sociale et les valeurs de pluralisme et de démocratie. 

_Intervention Sonique est un projet né du besoin de créer une communauté avec et pour les gens à travers la musique. Out of Time Embassy proposera une performance audiovisuelle immersive qui explore les sens des relations rituelles tout en invoquant leur mémoire incarnée pour créer un espace qui stimule l'imagination.

_Liaam Iman est un auteur-compositeur-interprète, interprète et percussionniste basé à Berlin. Liaam invite son public à un voyage à travers des paysages poétiques et ancestraux, des registres vocaux divers et des percussions polyrythmiques inspirées de la musique nord-africaine, celtique et balkanique, appelant des voix et des histoires silencieuses à un moment de convivialité et de souvenir.

_Kenza Mala Badi est une artiste de performance non conforme au genre, écrivaine et militante politique du Maroc. Les performances et les écrits émergent des expériences personnelles de Mala dans la vie quotidienne. Mala veut accroître la visibilité des communautés queer & trans* maghrébines, amazighes, musulmanes et réfugiées.  

_Aïda Salander est une artiste pluridisciplinaire tunisienne basée à Paris. Dans ses sets, elle transmet ses émotions et ses interactions avec son environnement, ou ce qu'elle appelle "l'ambiance". Il oscille subtilement entre chilled rave et transe psychédélique, entre house et techno, avec des détours vers le raï ou le vintage et les tubes bien connus de la scène orientale et maghrébine. 

_Leïla Moon est un auteur-compositeur, producteur et DJ spécialisé dans le Funk, le Disco, le Rai, le Gnawa, l'Afrobeat, le R'n'B, le Mahraganat, l'Electronique et la House. Née de parents algériens et marocains, Leila Moon a grandi en Suisse et se connecte à ses racines et à son identité à travers sa musique.